Karsteau en Cantabria (Espagne)

Réseau de la Gandara

En janvier dernier, 1600 entrées/cavités ont été intégrées à Karsteau. Elles concernent les massifs qui encadrent la haute vallée du rio Asón connus pour leurs nombreuses traversées (Cueto-Coventosa, Mortero-Rubicera, Tonio-Cayuela etc.). Mais c’est également dans ces karsts que l’on trouve les plus longs réseaux souterrains d’Espagne (réseau du Mortillano, de Muela-Tejuelo et de la Gándara) avec des développements ayant largement dépassé la barre des 100 kilomètres.

Cette première migration de fiches provient de la base de données constituée par le S.C. Dijon depuis ses premières investigations en Cantabria, il y a près de soixante ans. Elle ne correspond qu’à une partie de cette dernière (3000 références en 2019) et le reste viendra progressivement au rythme des vérifications et des saisies de documents.

Si Karsteau a été retenu pour accueillir les données c’est principalement pour cette capacité à accueillir toute sorte de documents et à les gérer afin de devenir un outil d’analyse très performant. La cartographie, en cours de développement pour l’Espagne, a également fortement pesé dans la balance.

Techniquement, le transfert des données s’est fait en une seule fois. Les données sources proviennent d’une base de données réalisée sous Access mais avec le savoir faire de Pascal Mathellier il a été possible d’importer en même temps les topos, les photos diverses liées aux entrées et aux cavités ainsi que les textes provenant des différents champs de la base Access. Actuellement la cartographie se limite aux photos aériennes mais on devrait bientôt disposer des couches correspondant aux cartes de l’IGN espagnol et aux cartes géologiques.

Même si plus de 3800 documents (textes, topos et kml) figurent déjà dans Karsteau, les amateurs de classiques devront attendre un petit peu pour trouver les informations pratiques sur les grandes traversées car la priorité a été donnée à l’exploration et l’inventaire de cavités pas toujours dignes d’intérêt pour la visite. En attendant, ils pourront trouver bon nombre d’autres infos sur le site du S.C. Dijon : karstexplo.fr.

Gageons que ces premiers pas de Karsteau en Cantabria susciteront des émules et que d’autres groupes viendront peu à peu apporter leur contribution afin d’accroître l’efficacité des recherches dans ce karst d’exception.

Patrick Degouve

Les commentaires sont fermés